samedi 13 juin 2015

"Sans titre" : Philippe ZAMI, Pierre PELLIZON

Je reviens de la Galerie "Le Cinéma, repaire artistique" à Roquevaire.



Corinne et Sylvie ont fait,une fois de plus, -ai-je besoin de le signaler- le choix judicieux d'inviter conjointement Philippe Zami et Pierre Pellizon. Peintures et sculptures font souvent bon ménage, mais ici l'équilibre que l'on ressent nous vient à la fois des formes et des matières de ces deux médium réunis. Semble s'y agréger aussi une réflexion commune, comme si cet accrochage était le fruit d'un travail nouveau et complice, de la part  des deux protagonistes... qui en fait se connaissent depuis fort longtemps. 
Ce n'est donc pas impossible!

 

Oui , il s'agit de "racines". De corps, de visages, qui cherchent par leur posture, et de  leurs yeux hagards, un lointain inaccessible. Veulent-ils échapper à leur propre peur ou au pathos qui nous entoure. Est-ce de cela que  nos deux amis veulent témoigner?

Pierre , dans cette nouvelle série intitulée "Homo-Humus" fait à base de racines et terre crue, poursuit sont travail sur les corps hystériformes (peut-être n'est-ce pas le mot juste?). comme tétaniser par l'effroi.

Les peintures de Philippe par leur couleurs chaudes viennent apaiser quelque peu cette tension.
 Les visages sont maquillés d'ocre chatoyant, de rouge carmin et de bleu outremer.
Je ne pouvais m'empêcher de penser aux Nouba de Kau (Soudan) rendus célèbres par le livre éponyme de Leni Riefenstahl.
Nul doute que les racines très très lointaines de Philippe émergent ici de manière inconsciente peut-être, mais qui autorisent le rapprochement.

Bref, c'est un bonheur. Cette exposition vaut vraiment le détour, et devrait être vue par le plus grand nombre au delà de ces "images". Une manière aussi de soutenir l'action de cette galerie (associative) qui, à quelques encablures de  Marseille et d'Aix, fait un travail remarquable digne d’intérêt.
Vous avez jusqu'au 11 juillet du mercredi au samedi de 14h30  18h30.... 
 
J'ajoute à cet article le lien  https://vimeo.com/bernardfilms/fatherbygravity que Pierre Pellizon m'a fait parvenir à la date du 28/09/2015. 
Très intéressant. Il fait vivre (ou revivre?) sa sculpture de manière très saisissante. A voir et à entendre puisqu'il s'agit aussi de la promotion de "Father" by Gravity....
 


dimanche 31 mai 2015

L'ART DANS LES "MAISONS"

Quel titre curieux me direz vous. Un peu façon La Maison france5.le mercredi soir. Il n'en est rien.
Seulement depuis fin avril j'ai envie de vous faire partager (et la possibilité d'aller vous aussi voir de plus près) des expositions originales qui se tiennent dans des Maisons ou qui en nom le titre générique.
Commençons par l’Hôtel d'Agar.  Depuis le 25 avril et jusqu'au 12octobre, la famille Morand accueille l'exposition du "Renard pâle Éditions" au sein d'un immense cabinet de curiosités de toutes époques et provenances, (locales parfois suite à des fouilles archéologiques dans leur jardin!) auxquelles il faut rajouter une collection de porcelaines de Sèvres contemporain et les luminaires de Ingo Maurer.


Bref une caverne d'Ali Baba qui ne se visite que sur RdV (06 24 17 20 13) . Le tarif de la visite de 5 € est largement récompensé par la richesse de tous ces objets d'art, anciens et contemporains qui dépassent selon moi certaines collections muséales et le commentaire que Christian ou Véronique vous dispenserons avec une passion sans égale.
 
Clémence Van Lunen (faïence contemporaine réalisée à Sèvres)

Peinture lithos  de Monory

Paperolles du XVII éme siècle
Une autre maison... de la Culture du Japon à Paris présente jusqu'au 11 juillet 2015 l'exposition "Fiber futures". Impossible de traduire mon émerveillement face à ces ouvrages de textiles et de papiers (considérés bien évidemment comme de la fibre) qui se déploient dans un vaste espace et qui me rappellent les œuvres aperçues dans biennales de la Tapisserie de Lausanne jusqu'en 1995. (Un petit coup d'égo ... j'ai été sélectionné à la Biennale de 1981....) Ceci explique peut-être cela.
Akio Hatamatani - W-Orbit (Rayonne indigo)

Hitomi Nagal-  Birth (Coton)

Takaaki Tanaka Nids-Fleurs (fibre de murier à papier, lin, fer) Détail
Quittons Paris pour revenir sur Aix en Provence à La maison du Don.
Je livre ici le communiqué de presse (et l'invitation) dans sa globalité excepté les images que je vais aller sélectionner.


"La Maison du Don d’Aix en Provence expose les travaux réalisés par les étudiants de « l’École de Communication Visuelle d’Aix » sur le Don du Sang !
2015 A 11H
Du sang neuf dans la création pour dynamiser le don du sang !
La Maison du Don d’Aix-en-Provence offre encore une fois la possibilité aux amateurs d’arts ainsi qu’à tous les donneurs de profiter d’une exposition d’affiches « don du sang ». Cette exposition 100% aixoise a été réalisée par les étudiants de 3e année de l’École de Communication Visuelle de la ville. Grâce à eux, le don du sang est vu sous un angle nouveau, jeune et dynamique.
C’est avec brio que les étudiants ont relevé le défi de communiquer sur le don du sang. Leur imagination sans limite et le travail dont ils ont fait preuve nous permettent alors de véhiculer des images fortes aux donneurs avec un peu d’humour au rendez-vous :
De la tartine de confiture aux super-héros, en passant par la panne sèche, leurs idées feront de cet acte irremplaçable le « meilleur moment de la journée ».
Ces travaux seront visibles pendant toute la période estivale !
En fin, une dernière "maison" , la Maison de Brian à Simiane la Rotonde accueille jusqu'au 24 juin les travaux récents du collectif des 100 papiers, plus ou moins.. 
 
Composé depuis la première exposition à la galerie  Le cinéma, repaire artistique en septembre/octobre 2014 de Ninon Anger, Nicole Arsenian, Isabelle Guigues-Nathan,Odile Xaxa et moi-même, nous continuons l'idée d'une itinérance (qui doit nous conduire  en juillet au Musée Cévenol du Vigan ) Elle s'enrichit à chaque halte  de nouvelles recherches et d'une attention particulière portée aux lieux prestigieux (bien que de taille et de localisation diverses et variées) qui nous font l'honneur de nous accueillir.
Livres d'artistes P.U. Isabelle G-N. Ninon, Dans le fond un Mikado de Pierre

De droite à gauche Ninon, Livre et broderie sur papier d'Odile

Isabelle sans titre :, mine graphite sur papier

de gauche à droite : Pierre, Ninon, Pierre, Nicole Corps (dessin encre sur Canson.) sur la table livres des artistes.Isabelle, Odile, Ninon.
 Ici, à la maison de Brian , nous tiendrons une permanence qui, à tour de rôle, devrait permettre aux "curieux" de partager  au delà des œuvres, un moment de convivialité avec les artistes de 15h à 19 h, tous les jours jusqu'au 24 juin. Je me permets ici de remercier Martine Cazin présidente de la maison de Brian pour son écoute, sa disponibilité et l'accueil chaleureux qu'elle a réservé à notre "petite troupe".




lundi 13 avril 2015

Lettre à Patrice CADIOU




Patrice, je t’écris alors que tu as quitté ce monde le 25 janvier dernier, des suites d’une longue maladie (comme il est convenu de dire).
Je t’écris alors que nous ne nous sommes jamais croisés, si ce n’est à travers le regard porté sur ton travail depuis longtemps. Il exerce sur moi une espèce de fascination, voire d’envoutement. Il fallait que je m’en approche d’une manière «égoïste» et « tactile », pour apaiser ma curiosité au delà des quelques images aperçues ici ou là. Bientôt ton travail rejoindra les réserves des musées où tu figures déjà (notamment le Musée d’Art moderne de la Ville de Paris)et les cimaises de collectionneurs nombreux de par le monde. J’ai donc fait le détour par Auberive, où ta compagne, Bertha Rivas, a bien voulu m’ouvrir les portes de ton atelier. Je l’en remercie.
"Les revenants" Peinture de Bertha Rivas

Étrangement, en 2010, j’avais visité l’Abbaye de Auberive, où grâce à la manne financière de Jean-Claude Volot, propriétaire et collectionneur, elle est devenue un centre d’art contemporain très actif qui mérite le détour sans hésitation. Je ne savais pas, que tu t’étais installé depuis 2009, (grâce à ce même mécène) dans le hameau de 80 âmes tout proche. A cette époque, je montais l’exposition, Mise en Boites, à ARTEUM, Musée d’art contemporain. J’étais parti sur les traces d’un ami à toi Jean Moiziard qui finalement n’a pas participé à cette exposition.
Œuvre de Jean Moiziard

Une autre exposition au titre évocateur, La beauté des restes, produite en ce même lieu fin 2009, aurait parfaitement intégré ton travail. 
 
Vue partielle de l'atelier

Accumulation de sangles de cuir dans l'atelier

 
A l'extérieur, sur la fenêtre.
Les photos de ton atelier que je publie ici montrent bien les matériaux accumulés : sangles de cuir, harnais, sellerie, bois d’épave, ossements, ferrailles rouillées. Matières foisonnantes, riches de leur décrépitude, porteuses des germes de tes futurs totems ou de  tes boucliers talismaniques improbables,  que tu collais, cloutais, vissais avec l’habileté savante d’un artisan, au fil de tes insomnies, heure à laquelle ton imaginaire fonctionné le mieux loin de la lumière du jour, trop aveuglante peut être. Je te vois tel un chaman des temps modernes, et bien que sans référence précise à un quelconque "primitivisme", tu savais trouver la forme juste pour atteindre au sacré, pour m’émouvoir et me fasciner par l’étrangeté de tes assemblages.
Œuvre en cours

Œuvre en cours


Je conserve la mémoire de ton œuvre. Je souhaite par cet article que d’autres aient la curiosité d’aller vers toi et ton travail. Pour conclure, je reprendrais ici les mots de Claude Roffat (éditeur de la revue L’œuf sauvage) publiés dans le catalogue paru en mai 2012 à la Galerie Les yeux fertiles : Cette œuvre tout intérieure, loin des modes et de l’esbroufe d’un certain art contemporain s’adresse à ce que nous avons en nous de plus précieux : le cœur.
A bientôt, sans doute, sur les cimaise de l’abbaye d’Auberive.
Revenant de vacances, mon article ci dessus: C'est la rentrée évoque ma visite à l'Abbaye de Auberives. J'ai pu voir qu'une salle était consacrée à ton travail avec le fond de la collection. Je rajoute avec plaisir quelques photos de tes œuvres prisent ce jour là.